Le grand cormoran

   

Étymologie : du latin corvus marinus « corbeau marin » (encyclopédie Larousse des animaux)

de l'ancien français corp: corbeau et marenc: marin (petit Larousse illustré)

 

Genre : de l'ordre des pélécaniformes, de la famille des phalacrocoracidés, le genre phalacrocorax carbo auquel se rattache toutes les espèces actuelles de cormorans remontent à 40 millions d'années avant notre ère ; 36 espèces ont disparu, il en reste 29 dont 3 se rencontrent en Europe: le grand cormoran, le cormoran huppé et le cormoran pygmée.

 

Signes particuliers :

  • le bec est très puissant ; la mandibule supérieure se termine par un crochet qui dépasse de 2 à 3 centimèt


    cormoran
    cormoran faisant sécher son plumage, photo prise au parc des oiseaux sans frontière de Villars lès Dombes (01)
    © Catherine RAUX
    Catherine RAUX
    re la mandibule inférieure.
  • Les ailes sont longues et larges, elles permettent un vol puissant sur de longues distances. Elles ne sont pas imperméables et nécessitent un temps de séchage après chaque plongée.

  • La gorge est formée d'une membrane de peau nue très extensible, de couleur claire. Elle sert de réservoir de nourriture et joue également un rôle dans la thermorégulation.

  • Le cou en forme de S est très souple, sa peau extensible lui permet d'avaler de gros poissons.

     

  • Les courtes pattes, situées à l'arrière du corps et largement palmées,permettent une propulsion rapide sous l'eau, c'est un


    cormoran
    cormoran ayant pêché dans la saône à Mâcon (71)
    © Catherine RAUX
    Catherine RAUX
    excellent nageur. Les palmures très irriguées par des vaisseaux capillaires favorisent l'incubation des œufs.
  • Le plumage est entièrement sombre sauf en période nuptiale où il prend des reflets verdâtres,pourpres ou bronze selon l'exposition au soleil.

     

    Ces oiseaux migrateurs grégaires se regroupent en hiver en bord de mer, dans des grands arbres le long des fleuves ou sur des plans d'eau. La plupart des cormorans qui hivernent en France viennent du Danemark et des Pays-Bas.

    Le cormoran est monogame, le couple se partage les tâches : le mâle va chercher les rameaux et la femelle les assemble pour former leur nid ; ils participent tous les deux à la couvaison puis à l'alimentation des petits. Chaque femelle pond 3 ou 4 œufs à intervalle de 2 ou 3 jours. L'incubation dure de 28 à 31 jours et l'éclosion est donc échelonnée. A l'âge de 50 jours, le petit peut prendre son envol mais il revient souvent au nid pour être nourri et cela pendant plus d'un mois. Alors qu'à la naissance son duvet est blanc, le plumage est brun foncé et le ventre blanchâtre pendant les 3 premières années puis devient noir. La maturité sexuelle est atteinte entre 4 et 5 ans.

    Il a longtemps été pourchassé par les pêcheurs et les pisciculteurs qui le percevait comme un rival ; leur gros appétit mettait en péril la production de certains étangs. Il est maintenant protégé dans de nombreux pays.

 

La pêche au cormoran :

 

Activité répandue dans certaines régions de Chine et du japon, les oiseaux étaient pris au nid alors qu'ils n'étaient pas encore capable de voler. Un lien était placé autour de leur gosier afin qu'ils n'avalent pas leurs proies et ils étaient reliés au bateau par une corde qui devenait rapidement inutile puisque ne pouvant se nourrir, ils devaient attendre la fin de la pêche pour que leur propriétaire les laissent manger.

Cette pratique ne subsisterait actuellement que comme attraction touristique.

 




 Pour en savoir plus, cliquez sur le lien .       


 

http://www.ecosociosystemes.fr/phalacrocoracides.html